Accueil > Les inventaires > Vivarais-Lignon: cantons de Tence et Saint-Agrève (Ardèche et Haute-Loire)

Vivarais-Lignon: cantons de Tence et Saint-Agrève (Ardèche et Haute-Loire)

Le Chambon-sur-Lignon et le Pic du Lizieux. Le Chambon-sur-Lignon et le Pic du Lizieux. © Philippe Hervouet, Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP

Titre : Le Vivarais-Lignon (Ardèche et Haute-Loire)
Cadre de l’enquête : enquête topographique
Aire d’étude : cantons de Saint-Agrève (Ardèche) et de Tence (Haute-Loire)
Nature des données : dossiers « architecture » et « objets mobiliers »
Date de fin : en cours


Aux confins du Vivarais et du Velay, dans une région de moyenne montagne située entre les vallées du Rhône et de la Loire, la plupart des communes des cantons de Saint-Agrève en Ardèche (Devesset, Labatie-d’Andaure, Mars, Rochepaule, Saint-Agrève, Saint-André-en-Vivarais et Saint-Jeure-d’Andaure) et de Tence en Haute-Loire (Le Chambon-sur-Lignon, Chenereilles, Le Mas-de-Tence, Mazet-Saint-Voy, Saint-Jeure et Tence) s’étendent sur un plateau d’une altitude moyenne de 1 000 mètres ou occupent les pentes accidentées des vallées descendant vers le Rhône.
Depuis le milieu du XVIe siècle, l’histoire de la contrée est marquée par la Réforme qui s’est profondément ancrée sur ces hautes terres. Les deux cantons sont jalonnés de temples, de maisons d’assemblées protestantes, d’églises, de chapelles et de maisons de béate qui témoignent de la diversité des pratiques religieuses des communautés protestantes et catholiques.
Dans cette région rurale, où l’élevage et la sylviculture ont remplacé la polyculture, l’architecture vernaculaire est remarquablement conservée et de nombreuses fermes datent des XVIIe et XVIIIe siècles. Les nombreux cours d’eau qui sillonnent la région ont permis de développer un artisanat et une petite industrie utilisant la force hydraulique. Aux traditionnels moulins à farine et scieries se sont ajoutés des papeteries et des moulinages de soie.

Les villes de Tence et de Saint-Agrève sont d’origine ancienne. La première s’est développée autour d’un prieuré et la seconde autour d’un site castral. Le Chambon-sur-Lignon est la troisième cité du plateau, ancien village devenu ville vers 1900 grâce à son développement touristique. Sa vocation d’accueil, notamment de réfugiés juifs pendant la seconde guerre mondiale, lui confère une reconnaissance internationale.