Publication

Collection : Cahiers du patrimoine, 2014 – 168 p. (ISSN 0762-1671, n°109)
Auteur (s) : Bénédicte Renaud-Morand
Photographe (s) : Jean-Michel Périn
Cartographe (s) : Guylaine Beauparland-Dupuy
Prix : 24 €

Villes en Auvergne

 

Conçu comme une initiation à la lecture de certains fragments de villes, cet ouvrage met en évidence les processus qui ont abouti aux espaces publics dans lesquels les citadins auvergnats évoluent quotidiennement. L’histoire des villes auvergnates n’est pas écrite au cas par cas, mais à partir de l’analyse d’un fait urbain global et de ses manifestations dans les différentes cités. De Maurs à Montluçon en passant par Brassac-les-Mines ou Dunières, les formes urbaines retenues vont du spectaculaire au plus ordinaire. Quatre-vingt onze localités (ayant connu un statut de ville entre le XVIIIe et le XXIe siècle) ont été sélectionnées. On a cherché notamment à montrer comment l’évolution du goût joue sur le devenir des espaces : par exemple, les centres anciens devaient être régularisés à partir de la loi de 1807, jusqu’à ce que la montée en puissance de la valeur « pittoresque », remplacée bientôt par celle de patrimoine, entre en conflit avec cette volonté de régularisation. L’analyse du devenir des formes a permis d’aborder la question de la place de la nature dans les villes (des « monuments naturels » mis en perspective dans les compositions urbaines, jusqu’aux zones de maraîchage de proximité), d’évoquer le rôle des particuliers dans le décor des villes, la difficulté du choix des emplacements des édifices publics, différentes modalités d’extension... Des projets ont été sortis des cartons d’archives qui montrent, s’il en était besoin, que les frontières régionales n’étaient pas étanches : des idées ambitieuses ont parcouru l’Auvergne (à Brioude en 1818, Saint-Flour en 1826, Aubière en 1937…).