Publication Des paysans à l'atelier

Collection : Parcours du patrimoine
Auteur (s) : Marie-Blanche Potte
Date de publication : 2007
Photographe (s) : Jean-Michel Perin
Cartographe (s) : Guylaine Beauparlant-Dupuy; Anne Fressanges du Bost
Prix : 6,50 €

La fabrication des couteaux de Thiers,
un patrimoine industriel.

La spécificité de ce territoire réside dans l’industrie coutelière. Elle est partout, mais discrète ; et si chacun n’est pas coutelier aujourd’hui, il est bien difficile de trouver quiconque n’ayant eu ses parents, grands-parents, et famille entière vouée, à l’année ou pendant l’hiver, à la fabrication des couteaux de Thiers, ou à leur colportage en pays lointains. Pourtant, nulle part ou presque, cette lancinante activité n’a laissé de traces monumentales. Un patrimoine industriel discret mais bien présent...

 

L´histoire de l´activité coutelière dans la montagne thiernoise

Arconsat, Celles-sur-Durolle, Chabreloche, La Monnerie-le-Montel, Palladuc, Sainte-Agathe, Saint-Rémy-sur-Durolle, Saint-Victor-Montvianeix, Viscomtat et Vollore-Montagne : dix communes « au-dessus » de Thiers se partagent un territoire de montagne. Là, en bord de rivière, dans les bois, ou sur les escarpements, s’est implantée une très importante activité coutelière depuis le XVe siècle. Le paysage, l’occupation de la montagne, l’architecture y sont le fruit d’une activité qui fut industrielle avant l’heure, et où l’on a été longtemps ouvrier en hiver et paysan en été. Autour des plateaux industriels aujourd’hui en activité se lisent les traces des ateliers où ont œuvré des centaines de mains ; et l’on trouve, au fil d’un paysage rural, une organisation du travail qui fait de la montagne une grande industrie.